Commerce en Afrique : barrières formelles, réseaux informels et perspectives mondiales

L'Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA), signé en 2018, vise à donner une impulsion significative au commerce au sein du continent. Cet article analyse les obstacles formels au commerce transfrontalier que l'AfCFTA cherche à réduire, mais il explore également les réseaux informels entre les personnes et les marchés qui sont utilisés pour envoyer des marchandises d'un pays à un autre. L'institutionnalisation de ces liens entre les pays rapportera des dividendes en termes de commerce intra-continental et de développement économique.

Une énigme persistante du commerce africain est la grande différence entre les niveaux de commerce à l'intérieur du continent et le commerce avec le reste du monde. Malgré la croissance significative du commerce global et le triplement du commerce intra-africain en termes de PIB au cours du dernier demi-siècle, les flux commerciaux entre les économies africaines ne représentent encore que 10% du commerce total.

Les figures 1 et 2 illustrent le caractère unilatéral du commerce africain. La persistance de cet état de fait est une question complexe pour de nombreuses raisons, notamment parce que les 54 pays qui se partagent le continent présentent de grandes différences dans leurs fondamentaux économiques. Pourtant, la question du manque de flux commerciaux intracontinentaux aurait probablement moins à voir avec les structures des économies elles-mêmes qu'avec les liens entre elles.

Il est clair que le problème ne trouve pas son origine dans l'incapacité des pays africains à produire des biens utiles sur d'autres marchés ou à consommer des biens d'autres économies. La forte croissance du commerce et l'augmentation des échanges extra-continentaux en témoignent.

Le niveau élevé des importations montre qu'il ne s'agit pas seulement d'une question de demande africaine trop faible : Les consommateurs africains achètent des marchandises, mais pas à leurs voisins. De même, les exportateurs africains approvisionnent les marchés, mais pas ceux des autres pays africains. Le problème est l’absence de connexions - tant physiques qu’économiques - entre les pays du continent.

Le rééquilibrage des relations commerciales du continent devient une priorité politique de plus en plus importante pour les gouvernements africains et les organisations régionales. Les efforts pour renverser la situation ont abouti à la signature de l'Accord de libre-échange continental africain.

L'AfCFTA et d'autres accords régionaux ont le potentiel de favoriser une augmentation significative du commerce en Afrique. Les architectes de l'accord prévoient que le commerce entre les pays du continent doublera au cours de la première décennie de sa mise en œuvre complète.

Tout cela soulève des questions sur ce qui détermine le commerce entre les pays, en particulier les pays africains : Suffit-il simplement d'abaisser les barrières commerciales et d'harmoniser les tarifs ? Ou est-ce seulement un début ?

De nombreuses recherches ont été menées sur les effets de différents types d'accords sur le commerce entre les pays et beaucoup d'entre elles ont porté sur les économies africaines. Les discussions habituelles sur les accords commerciaux, les zones de libre-échange, les unions douanières, etc. se sont multipliées, et c'est là un aspect important du casse-tête - un aspect que l'accord de libre-échange AfCFTA aborde.

Les obstacles qui empêchent la circulation des marchandises africaines vers d'autres pays du continent sont disproportionnés. Ils peuvent prendre la forme de barrières physiques, de tarifs, de réglementations sur les produits, de quotas et d'une myriade d'autres restrictions. Une bonne politique consiste à abaisser ces barrières pour favoriser une plus grande intégration des chaînes d'approvisionnement en Afrique et permettre aux marchandises de circuler plus librement.

L'un des obstacles tangibles au commerce régulièrement cité en Afrique est l'infrastructure : les liaisons de transport entre les pays sont nettement plus faibles que les liaisons avec les autres continents.  Ce problème a deux dimensions: externe et interne. L'absence de connexions terrestres adéquates entre les pays africains est souvent considérée comme un obstacle au commerce. C'est une vraie réalité : certains pays voisins n'ont même pas une seule connexion terrestre. L'insuffisance des réseaux routiers à l'intérieur des pays contribue au problème en augmentant les coûts de distribution intérieure et du transport vers les ports maritimes.

Le problème est plus grave encore pour les pays enclavés, qui doivent à la fois traverser les frontières et naviguer sur les systèmes de transport internes pour atteindre la côte. Malgré ces problèmes, d'importants efforts sont déployés pour améliorer la situation, en grande partie sous l'égide des agences de développement et de l'Union africaine. Le réseau routier transafricain est l'un des exemples d'une série de projets visant à améliorer la connectivité routière entre les régions et les pays. 

La réduction des barrières commerciales non physiques est une caractéristique commune de la diplomatie économique en Afrique, un grand nombre de groupes économiques ayant émergé et reculé dans l'histoire récente. Beaucoup de ces organisations (telles que l'Union économique et monétaire ouest-africaine et le Marché commun de l'Afrique orientale et australe) cherchent à créer des unions douanières et des zones de libre-échange dans le but d'accroître l'intégration économique et le commerce dans leurs régions.

L'efficacité de ces organisations est mitigée, mais ce n'est pas parce qu'elles ne fonctionnent pas en général - ladite efficacité étant davantage ancrée dans les particularités des groupes spécifiques et des pays membres eux-mêmes. Les syndicats de promotion du commerce ont souvent un impact significatif sur l'augmentation des échanges commerciaux et la poursuite de l'AfCFTA en est la preuve. Les efforts visant à intégrer davantage les économies par l'harmonisation des normes, des tarifs et des réglementations sont essentiels.

Les obstacles très tangibles tels que les infrastructures, les tarifs et les réglementations sont généralement ceux qui reçoivent le plus d'attention politique – en partie parce qu'ils sont relativement simples à résoudre et en partie parce qu'ils sont très faciles à voir. Mais d'autres aspects, identifiés par les chercheurs, affectent de manière significative les flux commerciaux et sont plus souvent ignorés dans le domaine politique.

Ils prennent la forme de liens plus subtils, et peut-être informels, entre les pays et se trouvent au niveau individuel, ce qui les rend plus difficiles à observer dans l'ensemble – même si leur impact se fait certainement sentir. Les liens individuels entre les personnes et les marchés utilisés pour envoyer des marchandises d'un pays à un autre nécessitent la confiance et l'exécution des contrats – aspects qui peuvent faire défaut dans certaines juridictions et ne peuvent donc s'appuyer que sur des mécanismes d'exécution informels. Ces mécanismes comprennent notamment les liens familiaux et de parenté, les relations et réseaux de confiance, ou les liens communautaires linguistiques et ethniques

Mes propres recherches portent sur les réseaux créés par les liens des communautés linguistiques et ethniques qui ont un impact important sur le commerce. Les communautés ethniques en particulier et les liens qu'elles créent par-delà des frontières tendent à favoriser davantage les échanges que les accords officiels sur les barrières commerciales.

Mes recherches démontrent que ces réseaux n'influencent pas seulement le commerce entre les individus et les groupes, mais qu'une fois agrégés, ils influencent également les flux commerciaux à grande échelle entre les pays. La puissance de ces liens fait de leur compréhension un aspect important du processus politique – non pas parce que les liens eux-mêmes sont nécessairement solides mais plutôt parce qu'ils offrent un signal indiquant où la politique a échoué et pourrait être améliorée avec un potentiel de bénéfices importants.

Ces réseaux, en particulier ceux entre les communautés ethniques transfrontalières, et le pouvoir dont ils disposent pour stimuler le commerce entre les pays constituent une source importante et inexploitée de gains commerciaux. Si de petits réseaux localisés peuvent avoir un impact à l'échelle des accords officiels de libre-échange et des programmes de développement favorisant le commerce, alors le fait de s'attaquer aux problèmes que ces réseaux ont été formés pour résoudre permettra de dégager des avantages inimaginables.

Le renforcement des mécanismes d'application, la formalisation de ces réseaux informels ou l'apport d'un soutien juridique aux acteurs économiques locaux relèvent tous de l'espace politique réalisable pour de nombreux pays et sont relativement peu coûteux (notamment par rapport aux grandes autoroutes transcontinentales). Bien que le développement de ces liens ne puisse pas être considéré comme une « priorité » au sens traditionnel du terme, le fait de veiller à ce qu'ils puissent s'épanouir dans un environnement juridique stable contribuerait à promouvoir des liens transfrontaliers plus structurels.

Parallèlement à la signature d'accords et à l'abaissement des barrières formelles, les barrières informelles qui ont été érigées entre les pays doivent également être levées. Les liens et réseaux informels sont une solution de fortune pour surmonter ces obstacles et démontrent la nécessité de les traiter de manière formelle. La suppression de ces obstacles par la formalisation des connexions et des liens contribuerait grandement à promouvoir le commerce.

De même, la promotion de chaînes formelles continentales ou même régionales de produits attirera l'attention des régulateurs du commerce et des décideurs politiques sur ces réseaux.  S'attaquer aux problèmes que ces solutions informelles ont permis de résoudre offre l'occasion de formaliser les gains qu'elles procurent, et l'institutionnalisation de liens de cette ampleur entre les pays sera payante en termes de commerce intracontinental et de ses nombreux avantages.

Figure 1, Source : FMI, Direction des statistiques commerciales

 

 

Figure 2, Source : FMI, Direction des statistiques commerciales

 

Auteur :

Conrad Copeland est candidat au doctorat au Département d'économie de l'Université de Bristol. Il est spécialisé dans l'économie et le développement internationaux, avec un intérêt particulier pour les flux commerciaux et les questions de balance des paiements.