Leçons d'une vie passée dans la politique alimentaire

Comment pouvons-nous tenir au mieux la promesse de la politique alimentaire d'éradiquer la faim et d'assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de tous tout en protégeant notre environnement et notre planète ? Dans cet article, le directeur général sortant de l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) présente quelques enseignements tirés de son expérience.

Depuis que je suis entré dans le milieu de la politique alimentaire à la fin des années 1970, le paysage mondial de la politique agroalimentaire a changé à bien des égards. Des années 1970 aux années 1990, la recherche et la politique se sont concentrées sur l'augmentation de la production de céréales de base pour répondre à la demande des populations croissantes. À l'origine de cet impératif, et entre autres raisons, des pénuries alimentaires dévastatrices en Chine, en Inde et en Éthiopie.

En 2000, la communauté du développement s'est tournée vers les plus importants objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui visaient à s'attaquer simultanément à une multitude de problèmes de développement, dont la réduction de moitié de la pauvreté et de la faim avant 2015. Mes recherches à l'IFPRI étaient essentiellement axées sur la manière dont les gouvernements pourraient hiérarchiser les investissements pour atteindre les OMD sur la pauvreté et la réduction de la faim.

Dans les années 2000 et 2010, nous avons dû faire face à la flambée des prix des denrées alimentaires, à des conditions météorologiques extrêmes et à d'autres défis posés à l'architecture du système alimentaire mondial. À l'approche de la date butoir de 2015 pour la réalisation des OMD, une grande partie du discours politique s'est concentrée sur la formulation des objectifs de développement durable. Dans le même temps, la communauté du développement a porté une attention nouvelle à l'égalité des sexes, à la nutrition, à l'urbanisation et au changement climatique, tous étroitement liés à la sécurité alimentaire.

Beaucoup d'entre nous ont reconnu la nécessité d'une approche intégrée de ces questions. Et depuis 2017, les sentiments anti-mondialisation ont gagné en force, ce qui a eu de vastes répercussions sur le commerce, les investissements, les migrations, le changement climatique, la gouvernance mondiale, etc. C'est dans ce contexte changeant que l'IFPRI et ses partenaires du monde entier doivent tracer la voie à suivre.

Commencer avec le contexte local

Dans cet environnement complexe, une chose est devenue très claire : une politique alimentaire efficace doit être spécifique à l'environnement politique, économique, géographique, social et culturel dans lequel elle s'inscrit. Une grande partie du pouvoir de faire progresser la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations émane des politiques nationales et locales. Ainsi, pour faire la différence, l'IFPRI doit être sur le terrain, là où les pays sont confrontés à des défis et cherchent des solutions chaque jour.

Améliorer l'accès aux marchés qui fonctionnent bien

En s'appuyant sur le contexte local, le bon fonctionnement des marchés des intrants agricoles et des produits agricoles aux niveaux local, régional, national et mondial et l'accès à ces marchés sont essentiels pour la croissance économique et le développement, et pour parvenir à la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans un monde de plus en plus mondialisé. Pourtant, les efforts des pays en développement ont souvent été entravés par des politiques inefficaces, des institutions faibles et des infrastructures inadéquates.

L'instabilité des prix des denrées alimentaires est également une source importante de risque pour les pays en développement, car la volatilité de ces prix est étroitement liée à la dimension de stabilité de la sécurité alimentaire. Cela a été particulièrement flagrant lors de la crise des prix des denrées alimentaires de 2007/08. En réponse à la crise, le « système d'alerte précoce de la variabilité excessive des prix des denrées alimentaires » de l'IFPRI a été créé pour fournir des informations opportunes sur les niveaux de volatilité, ce qui est essentiel pour que les décideurs politiques puissent élaborer des plans d'urgence au niveau national.

Travailler en partenariat

La complexité et l'interdépendance des systèmes agroalimentaires mondiaux signifient que travailler seul n'est plus une option. Nous avons beaucoup entendu parler ces dernières années de l'importance de sortir de nos silos, une tâche qui pose à la fois de nouvelles difficultés et promet de nouvelles récompenses.

À l'IFPRI, je peux voir les fruits de nos partenariats de plus en plus larges et profonds avec des organisations et des personnes extérieures. Par le passé, nous nous étions souvent trouvés dans une relation de concurrence avec des organisations telles que l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture et le Programme alimentaire mondial. Nous nous considérons maintenant comme des collaborateurs de ces institutions.

Ce fut également un grand plaisir de travailler avec différents types d'institutions, telles que des entreprises privées, des groupes de la société civile et des partenaires de pays en développement. Ces partenariats contribuent à améliorer la qualité de notre travail, à accroître les capacités dans les pays en développement et à renforcer l'impact de nos actions.

La nourriture seule ne suffit pas

Nous avons appris une autre leçon fondamentale depuis l'époque où la recherche agricole et la politique alimentaire se concentraient sur la meilleure production possible de riz, de blé et de maïs. Les recherches sur la nutrition ont montré que le développement sain de l'enfant dépend non seulement d'un apport calorique suffisant, mais aussi d'une alimentation de qualité comprenant des vitamines et des minéraux essentiels, un environnement sain et des soins adéquats de la part des soignants.

Cette reconnaissance – qui reflète ma propre expérience d'enfant souffrant de malnutrition en Chine – a fondamentalement modifié le travail de l'IFPRI. Il est clair que la nutrition a également une incidence sur la santé et le bien-être des personnes tout au long de leur vie. L'IFPRI a contribué à ouvrir le débat sur la manière de faire progresser une approche intégrée de l'agriculture, de la nutrition et de la santé. Nous avons intégré la nutrition dans tous les programmes de recherche de l'IFPRI, y compris le commerce, la production, le marketing et l'environnement. Notre travail a poussé les donateurs à soutenir un grand nombre de travaux sur la nutrition.

Voir par les yeux du système alimentaire

En comprenant mieux notre monde complexe et interconnecté, nous avons également appris que, davantage que par des secteurs ou des composants individuels, notre travail devra être guidé de plus en plus par des systèmes alimentaires entiers. Nous devrons aller au-delà des modes de pensée traditionnels sur le système alimentaire et investir davantage dans de nouveaux domaines de recherche ; par exemple rendre les industries alimentaires plus inclusives, plus efficaces et plus propices à la promotion d'une alimentation saine, ainsi qu'à la production et à la distribution durables.

La façon de voir du système alimentaire implique parfois de faire des compromis, mais nous voulons les minimiser et promouvoir des solutions gagnant-gagnant. Notre ambition doit être non seulement un système agricole productif, mais aussi un système agroalimentaire sain et durable qui puisse répondre aux besoins d'un monde en voie d'urbanisation menacé par les conflits et le changement climatique.

Opportunités de croissance et priorités futures

J'ai vu par moi-même comment le pouvoir de transformation de la réforme de la politique alimentaire peut sauver des vies et améliorer le bien-être de millions de personnes. C'est pour cela que je sais que l'IFPRI et ses partenaires du monde entier peuvent s'inspirer des leçons du passé et d'un esprit d'innovation afin de réaliser, à l'avenir, un monde où la faim et la malnutrition ne seront plus qu'un souvenir.

 

Auteur :

Shenggen Fan est Professeur titulaire de chaire à l'Université agricole de Chine. Il est le directeur général sortant de l'institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI).

 

Une version plus longue de cet article a initialement été publiée dans le Global Food Security, Volume 22, Septembre 2019, Pages 33-36.