Mondialisation et inégalité après la pandémie

Alors que la crise du COVID-19 s'atténue, la lutte contre la pauvreté et les inégalités par l'amélioration des opportunités d'emploi est au centre de nombreuses stratégies nationales de relance économique. Cependant, comme le souligne cet article, les inégalités risquent de s'aggraver si les pays misent sur les chaînes de valeur mondiales et l'ouverture au commerce sans améliorer les compétences de la main-d'œuvre.

Le brusque ralentissement économique provoqué par la pandémie et les confinements a confirmé l'importance de l'intégration mondiale et de la nécessité pour les pays de disposer d'une infrastructure développée sur le plan numérique. Le COVID-19 a également mis en évidence les faiblesses actuelles de l'intégration mondiale en matière de production de biens et d'interdépendance transfrontalière.

Des études récentes confirment que les bénéfices des chaînes de valeur mondiales sont toujours supérieurs aux coûts. Pour autant, des réformes sont encore nécessaires. Les experts commerciaux mettent en garde contre le fait que l'absence de certains biens essentiels pendant la pandémie n'était pas seulement due à des perturbations de la production (du côté de l'offre), mais aussi à l'augmentation radicale de la demande de ces biens.

En fait, les arguments en faveur d'une plus grande intégration mondiale et d'une plus grande ouverture commerciale restent optimistes, en particulier pour les pays en développement qui bénéficient d'une augmentation de la création d'emplois, de transferts technologiques plus importants, d'investissements directs étrangers et d'une amélioration des compétences.

Toutefois, les liens entre les chaînes de valeur mondiales ne sont pas tous identiques. Dans les pays où les niveaux d'intégration numérique et de capital humain sont relativement faibles, et où les politiques réglementaires sont restrictives, l'intégration dans les chaînes de valeur mondiales tend à être moins poussée et à se concentrer sur les produits de base plutôt que sur les biens manufacturés. Les chaînes de valeur mondiales moins sophistiquées ou les accords mondiaux de partage de la production sont susceptibles d'avoir un impact moindre sur la création d'emplois plus nombreux et de meilleure qualité.

Un rôle clair pour les chaînes de valeur mondiales et les investissements numériques dans la phase de reprise post-pandémique

Alors que la crise s'estompe, la réduction de la pauvreté et des inégalités grâce à des emplois formels plus nombreux et de meilleure qualité est au centre de la plupart des stratégies de relance économique dans le monde. Compte tenu du potentiel de croissance et de création d'emplois des entreprises intégrées au niveau mondial, notamment lorsqu'elles se concentrent sur des produits sophistiqués, les responsables politiques veulent savoir si une plus grande ouverture commerciale pourrait faire partie de leur stratégie de relance.

Ils se demandent également si une intégration plus poussée dans les chaînes de valeur mondiales pourrait contribuer à améliorer les performances actuellement médiocres en garantissant une croissance inclusive, comme cela a été le cas dans les années qui ont précédé la pandémie. C'est le cas en Colombie et dans de nombreux autres pays, où les décideurs politiques évaluent, dans le cadre de leur stratégie de relance, une série de réformes du marché.

Une nouvelle étude estime les effets potentiels des réformes visant à promouvoir une plus grande participation des entreprises colombiennes aux chaînes de valeur mondiales et des investissements proposés dans les infrastructures numériques. L'étude estime l'impact sectoriel et géographique de réformes distinctes afin d'identifier les éventuels gagnants et perdants.

À l'instar de nombreux pays en développement, la Colombie d'avant la pandémie était caractérisée par des niveaux élevés d'inégalité et les ménages les plus vulnérables – en particulier les travailleurs du mauvais côté de la fracture numérique et/ou ceux qui occupaient des emplois informels – ont vu leurs possibilités d'emploi et leurs revenus diminuer de façon spectaculaire.

Le monde post-pandémique offre une fenêtre d'opportunité aux nouveaux arrivants pour se connecter aux accords mondiaux de partage de la production existants en devenant des fournisseurs fiables d'intrants et de services intermédiaires, ainsi que de composants clés de produits finaux assemblés ailleurs. C'est particulièrement important pour les pays des Amériques, géographiquement plus proches des marchés américains et européens.

Toutefois, pour aider les entreprises colombiennes à mieux s'intégrer aux marchés de production mondiaux, le pays doit améliorer ses cadres réglementaires en matière d'expansion des infrastructures et des services douaniers. Il doit également réduire les barrières tarifaires et non tarifaires à l'importation, tout en s'efforçant de rendre les tarifs plus homogènes et les barèmes plus stables.

Les responsables politiques colombiens reconnaissent également la nécessité de réduire les coûts de la logistique et du transport de marchandises en modernisant les ports maritimes et les aéroports, et en supprimant les barrières à l'entrée pour la fourniture de services auxiliaires. On comprend aussi très bien l'importance de rationaliser les investissements directs étrangers pour stabiliser les flux nets, de réduire les obstacles non tarifaires pour les multinationales et de fixer des limites au rapatriement des bénéfices.

Des réformes, encore des réformes, toujours des réformes... et la centralité des investissements en capital humain

Conformément à d'autres études récentes, le cas de la Colombie montre que si la combinaison de réformes permet de créer des emplois formels, ces emplois créés ne profitent pas aux pauvres et aux plus vulnérables. L'une des raisons principales est que la plupart des travailleurs au bas de la pyramide des salaires n'ont pas les compétences nécessaires pour accéder aux types d'emplois offerts par les entreprises engagées dans des accords de production mondiaux.

Les tendances observées dans les différents pays montrent qu'au fur et à mesure des mises à niveau liées à l'adhésion aux accords mondiaux, les salaires augmentent mais l'emploi net tend à diminuer, et les gains sont concentrés sur les travailleurs les plus qualifiés. Par exemple, les travailleuses bénéficient d'une part importante des emplois à forte demande de main-d'œuvre dans les pays dotés de ces industries, mais elles sont souvent perdantes lors des mises à niveau technologiques.

L'impact global du développement de l'infrastructure numérique sur la croissance par la création d'emplois formels peut avoir un effet sensible sur la réduction de la pauvreté. Mais les inégalités peuvent s'accroître en raison de l'augmentation de la prime de compétence associée au développement de l'infrastructure numérique, davantage d'emplois se prêtant au travail à distance et l'apprentissage à distance devenant plus réalisable.

Les leçons à tirer pour les pays qui envisagent des approches similaires sont claires. Afin de générer une croissance inclusive par le biais de réformes visant à approfondir la participation aux accords de production mondiaux et d'investissements dans l'infrastructure numérique, il est impératif de disposer d'un ensemble parallèle de réformes et d'investissements permettant aux ménages les plus pauvres de se constituer le capital humain nécessaire pour accéder à des emplois formels de meilleure qualité.

La réduction des inégalités peut être obtenue par un ensemble de politiques qui non seulement créeront davantage d'emplois grâce à une meilleure intégration dans la production mondiale, mais introduiront également des plateformes permettant à un plus grand nombre de personnes d'améliorer leurs compétences et de travailler à distance.

Une telle approche pourrait, en principe, permettre de créer des emplois formels pour les travailleurs se situant au milieu de la chaîne de distribution du capital humain, car ils seront formés à l'utilisation de technologies plus sophistiquées. Elle pourrait également permettre de créer des emplois pour les travailleurs situés au bas de la distribution des compétences si les entreprises liées aux chaînes de valeur mondiales créent des liens en amont – en achetant des intrants et des services intermédiaires à des fournisseurs locaux ; en formant effectivement des chaînes de valeur nationales, en utilisant des producteurs à forte intensité de main-d'œuvre, qui approvisionnent les processus en amont.

 

Auteure :

Ximena V. Del Carpio est responsable de la pratique et économiste en chef au sein du groupe de pratique sur la pauvreté et l'équité de la Banque mondiale. À la Banque mondiale, le Dr Del Carpio a fourni des conseils stratégiques aux gouvernements d'Amérique latine et des Caraïbes, d'Asie de l'Est et du Pacifique, et d'Europe et d'Asie centrale.

José Cuesta est professeur affilié à la McCourt School of Public Policy de l'université de Georgetown. Les intérêts de recherche de M. Cuesta tournent autour de l'économie de la pauvreté et des conflits, notamment l'analyse distributive des politiques sociales, l'allocation intra-ménage, la protection sociale et les distorsions du travail. 

Maurice D. Kugler est professeur de politique publique à la Schar School of Policy and Government de l'université George Mason. Ses recherches portent sur le rôle des nouvelles technologies dans la stimulation de la croissance économique et de la productivité du travail (théorie de la croissance endogène).