Services d’information sur le climat pour les agriculteurs : les leçons de la recherche

Ce blog fait partie d'une série organisée en marge de la 19ème conférence mondiale sur le développement.

Faire en sorte que les petits exploitants agricoles aient accès à des services d’information climatique pourrait être déterminant pour rendre le secteur agricole des pays africains plus résilient face au changement climatique. Cet article, écrit dans le cadre du concours international de blogs jeunesse 2019 de GDN, décrit un cadre utilisé pour garantir la diffusion de données fondées sur la recherche sur le changement climatique aux parties prenantes du secteur agricole.

L’agriculture est le pilier de nombreux pays africains en développement. Elle est généralement dominée par les petits exploitants agricoles, qui résident en majorité dans des régions semi-arides. Ils sont régulièrement victimes de conditions météorologiques défavorables – précipitations insuffisantes, inondations et températures extrêmes – associées à des déferlements de nuisibles et de maladies, qui entraînent souvent de lourdes pertes de récoltes et de bétail.

Bon nombre des risques auxquels sont confrontés les agriculteurs sont causés par le changement climatique. Étant donné que la majorité de ces petits exploitants agricoles n’ont pas accès à des services climatiques spécifiques, fiables et exploitables, ils ne peuvent pas se préparer efficacement pour les saisons agricoles.

En ce qui concerne l’adaptation au changement climatique, les services d’information sur le climat sont un élément clé pour la prise de décision des agriculteurs. Leur rôle peut être déterminant pour renforcer la résilience du secteur agricole des pays africains.

Arame Tall, spécialiste des services climatologiques, a mené plusieurs études de cas en Afrique et en Asie. En donnant des indications sur la façon de fournir des services d'information climatique aux petits exploitants agricoles, elles répondent au 13e objectif de développement durable : Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques. Apporter des services d’information climatique aux groupes les plus vulnérables d’une communauté permet de renforcer leur résilience et devrait être une priorité totale.

Le travail d’A. Tall a favorisé la conception et la production de projets de services climatiques dans la plupart des pays en développement, aidant ainsi les agriculteurs à s’adapter au changement climatique. De plus, ses recherches sur les services climatiques ont inspiré le personnel de certains départements des services météorologiques nationaux (SMN) en Afrique, les incitant à prendre des initiatives dans leurs pays afin de mettre en place des cadres de services climatiques au niveau national.

Pour que les petits exploitants puissent bénéficier des services climatologiques, cinq questions stratégiques doivent être traitées : la saillance, l’accès, la légitimité, l’équité et l’intégration. Le travail d’A. Tall et de ses collègues met en évidence la manière dont ces défis peuvent être surmontés et constitue le cadre dans lequel les départements NMS des pays en développement et leurs partenaires fournissent des services d’information climatique aux utilisateurs finaux.

Saillance

La saillance exige que les informations climatiques soient adaptées et puissent être utilisées par l’agriculteur au moment de la prise de décision. Cela implique de combler l’écart entre les informations climatiques dont les agriculteurs ont besoin et celles qui leur sont fournies. Pour que le défi de la saillance soit relevé avec succès, des partenariats producteurs-public-privé – entre les départements des SMN, les acteurs de l’agriculture, du développement, de la communication, les agriculteurs, etc. – sont nécessaires.

Au Rwanda, par exemple, certains petits agriculteurs déclarent être en mesure de prendre des décisions éclairées au niveau de leur exploitation grâce aux prévisions saisonnières qu’ils reçoivent de Meteo Rwanda. Si cela leur est possible, c’est grâce à une formation reçue avant le début de la saison agricole concernant les « Services climatiques participatifs intégrés à l’agriculture », au cours de laquelle les prévisions liées à l’agriculture ont été discutées entre les agriculteurs, les agronomes et les partenaires locaux du projet.

Accès

L’accès consiste à fournir des services climatiques en temps opportun aux communautés rurales éloignées et dont l’infrastructure n’est pas développée. Étendre l’accès aux services climatiques nécessite d’associer plusieurs canaux de communication tels que les médias de masse (radio et télévision), les médias électroniques (SMS et appels) et les canaux communautaires (services de vulgarisation agricole, organisations paysannes et réseaux sociaux).

En Afrique, les principaux canaux de diffusion pour les informations climatiques sont la radio, la télévision, les communiqués et les mails. Des pays comme le Kenya, l’Éthiopie et le Soudan ont développé des sites web d’information climatique, où il est possible de partager des informations avec les utilisateurs finaux qui le souhaitent.

En Inde, la présence d’un centre agrométéorologique local, grâce au projet intégré de Service consultatif agrométéorologique (AAS), a amélioré l’accès aux renseignements et leur utilisation. Une évaluation de ce projet indique que les meilleurs canaux de diffusion sont la formation et la discussion dans les villages.

Pour les agriculteurs impliqués dans l’évaluation du projet AAS, c’est la variété des canaux de communication utilisés pour les atteindre qui a été un élément majeur de sa réussite. Entre autres : SMS et messagerie vocale, médias (journaux, radio et télévision), Internet, réunions et formation avec des vulgarisateurs agricoles, centres d’information locaux, ONG locales, clubs d’agriculteurs, communiqués et annonces au micro dans les villages. Là où les agriculteurs déclarent recevoir des informations sur les AAS via un plus grand nombre de canaux de communication, la sensibilisation est plus importante et leur utilisation plus répandue.

Légitimité

La légitimité consiste à s’assurer que les agriculteurs sont propriétaires des services climatologiques qui leur sont fournis et également qu’ils sont impliqués dans la conception et la prestation de ces services. Dès 1982, au Mali, un projet fournissant aux agriculteurs des informations sur le climat a été lancé. L’objectif était de découvrir comment ceux-ci faisaient usage des informations climatiques pour prendre des décisions agricoles éclairées.

Les agriculteurs participant au projet ont été directement impliqués dans des activités agrométéorologiques, telles que la collecte de données pluviométriques et leur envoi aux départements des services météorologiques. Ils ont également participé à la conception des données météorologiques et climatiques dont ils avaient besoin. En 2014, des milliers d’agriculteurs maliens participaient toujours à des activités agrométéorologiques et étaient capables d’interpréter les informations pour adapter leurs décisions.

Équité

En Afrique, les femmes ont généralement moins accès à l’information et aux ressources que les hommes. L’équité consiste à inclure les femmes, les pauvres et les autres groupes socialement marginalisés dans la conception et la prestation des services d’information climatique.

Une étude de cas dans la région de Kaffrine au Sénégal, concentrée sur les besoins d’information sur le genre et le climat, indique que les femmes ont une préférence pour certains canaux de communication, notamment les points de collecte d’eau tels que les forages, ou encore le marchés et les SMS.

Intégration

Les services d’information sur le climat peuvent se fondre dans un ensemble plus vaste de programmes de soutien ou de développement agricole. Cela permettra d’améliorer la capacité de réaction des agriculteurs face aux informations qu’ils reçoivent. En outre, les informations climatiques peuvent être intégrées à d’autres formes d’informations vitales pour les agriculteurs, par exemple les informations relatives aux marchés agricoles.

En partenariat avec Plan International et la Southern Alliance for Indigenous Resources (Alliance du Sud pour les ressources indigènes – SAFIRE), Oxfam a réalisé un projet soutenu par le gouvernement du Zimbabwe, le Programme des Nations Unies pour le développement et le Fonds pour l’environnement mondial. Dans le cadre de ce projet, les petits exploitants, en plus de recevoir des services climatiques sur mesure, avaient accès à des services financiers ainsi que l’opportunité de créer des liens commerciaux. Cela a contribué à améliorer la résilience des agriculteurs face aux chocs climatiques.

Conclusions

La présentation ci-dessus met en évidence les cinq défis à relever en terme de communication d’informations pour assurer l’efficacité des services climatiques. Le changement climatique et l’impact des projets ayant trait à ce changement s’envisagent sur le long terme. Néanmoins, en ce qui concerne les cinq défis, les expériences de recherche en Afrique et en Asie indiquent que les services d’information climatique montrent un vrai potentiel pour améliorer la capacité d’adaptation des agriculteurs.

Le changement climatique est une question d’intérêt général, qui rassemble une grande variété d’acteurs au sein de l’économie. Par conséquent, pour que les services d’information climatique aient plus d’impact sur les agriculteurs, il est nécessaire de canaliser davantage de fonds publics vers la mise en œuvre de projets ayant trait au changement climatique ainsi que vers les partenariats nécessaires. L’augmentation des investissements publics dans les projets relatifs au changement climatique, par exemple ceux qui visent à mettre en place des cadres pour les services climatiques, aideront non seulement à améliorer l’adaptation des pays au changement climatique, mais aussi à résoudre le problème de la rareté des données climatiques, en particulier en Afrique.

Les partenariats nationaux et les collaborations entre les acteurs de l’agriculture et du changement climatique sont également importants. Ces partenariats peuvent impliquer les experts en changement climatique des départements des services météorologiques, les agronomes d’agences gouvernementales pour l’agriculture, les entreprises privées en agriculture et en technologies de l’information, les universitaires et les agriculteurs eux-mêmes. Ensemble, ils devraient travailler à la production, la diffusion et l’apport efficace de services d’information climatique concrets.

 

Auteure:

Olga Mapanje est actuellement conférencière à l’Université d’État de Gwanda, au Zimbabwe. Elle est titulaire d’une maîtrise en sciences en économie agricole et appliquée (Université du Zimbabwe). 

 

Le concours international de blogs jeunesse a été organisé en partenariat et avec le soutien de l'Alliance de Bonn pour la recherche sur le développement durable et avec le Stiftung Internationale Begegnung der Sparkasse à Bonn.